AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Barry Lyndon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
deacon
Banni
Banni
avatar

Masculin
Age : 28
Localisation : Lille
Loisirs : Reconstitution 1er Empire /Photo
Inscrit(e) le : 25/04/2006
Messages : 700

MessageSujet: Barry Lyndon   Sam 22 Nov 2008 - 18:36

Citation :
Au XVIIIe siècle en Irlande, au début de la guerre de Sept Ans, un jeune homme sans le sou élimine en duel (qui s'avère par la suite être un faux duel) son rival, un riche officier britannique amoureux comme lui de sa cousine. Pour fuir la justice de son pays, il s'engage dans l'armée anglaise pour combattre les Français sur le continent.

Les circonstances l'amènent à déserter et se mettre au service de l'armée prussienne pour échapper à la peine de mort : il doit espionner un noble joueur, mais il mène un double-jeu et ce dernier le prend sous sa protection. Il l'introduit dans la brillante société européenne où il parvient à devenir par ambition l'amant puis l'époux d'une riche et belle jeune femme (dont le vieil époux meurt de dépit après avoir eu connaissance de l'adultère). Mais le destin saura frapper ...

Citation :
Tourné entièrement en décors d’époque (à Castle Howard notamment) et en lumière naturelle (à la bougie, pour les scènes de nuit ou d'intérieur), grâce à des objectifs de caméra très lumineux (bricolage d'une caméra Mitchell BNC, déjà utilisée pour Orange mécanique et qui est sacrifiée pour l'occasion puisque elle subit des modifications irréversibles afin de la rendre compatible avec un objectif fourni par la NASA, un Zeiss de focale 50 mm et d'ouverture f/0,7) et au traitement spécial des pellicules, ce film bénéficie d'une photographie exceptionnelle, véritable prouesse technique qui lui confère une esthétique plutôt sombre et très particulière, tout à fait dans le ton de l'histoire et des peintures de genre de l'époque. Le spectateur se trouve ainsi de fait plongé dans l'intimité des personnages, ainsi que le désirait Kubrick, qui voulait réaliser un documentaire qui se serait passé au XVIIIe siècle.

Pour les extérieurs, Kubrick utilisa des focales de 18 ou 25 mm et de faibles ouvertures ; la profondeur de champ importante qui en résulte confère aux paysages une allure de peinture filmée.

La scène de la bataille (« Une bataille qu'aucun livre d'histoire n'a retenue et dont personne ne se souviendra, sauf ceux qui y participèrent ») est magnifiquement reconstituée et réussie.

On retrouve dans ce film beaucoup d'éléments présents dans Culloden de Peter Watkins : le thème de la bataille, le rythme assez lent et répétitif, la voix-off (narrateur de la version française Jean-Claude Brialy) systématique, l'emploi récurrent de zooms arrières.

Cette esthétique particulière est magnifiquement soutenue par la bande originale, qui mêle musique classique (entre autres la sarabande variée de Haendel, le Barbier de Séville de Paisiello, un trio de Schubert ou du Bach) et folklore irlandais (joué par The Chieftains).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Barry_Lyndon


J'ai adoré ce film si cruel sur la destiné d'un homme (tout part d'une histoire de femme).

On peut le voir ici :

http://www.dailymotion.com/playlist/xl819_pitdu6868_barry-lyndon
Revenir en haut Aller en bas
http://alexblogphoto.skyblog.com
 

Barry Lyndon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persévérance :: arts :: 7è Art-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit