AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akaïa
La Diktateuse
La Diktateuse
avatar

Féminin
Age : 30
Localisation : Au Pays des Fées, des elfes et des gobelins. En Bretagne quoi !!!
Loisirs : chant, écriture, lecture, poupées asiatiques
Inscrit(e) le : 19/03/2006
Messages : 5158

MessageSujet: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   Jeu 20 Mar 2008 - 13:06

AFP.fr a écrit:
PLOMBIÈRES-LÈS-DIJON (AFP) - Le procureur de la République de Dijon, Jean-Pierre Alacchi, a indiqué jeudi matin à l'AFP qu'en l'état actuel des investigations il n'y avait "pas d'éléments suffisants" pour déterminer les causes de la mort de Chantal Sébire.

"Je n'ai pas d'éléments suffisants pour déterminer les causes de la mort" de Mme Sébire et "je me pose la question de savoir si l'on va faire ou non une autopsie", a déclaré M. Alacchi. "L'apparence externe du corps ne présentait pas de particularité et je continue à recueillir" les déclarations "auprès des proches" et des gendarmes "en charge de l'enquête" préliminaire, a ajouté le procureur de Dijon.

Selon lui, "Mme Sébire était très entourée" par sa famille "mais on n'est pas sûr qu'au moment de son décès sa fille ait été présente" alors que c'est elle "qui a découvert le corps", a précisé M. Alacchi. Le procureur a ajouté que le point presse, initialement annoncé pour ce jeudi matin à 10H00 au TGI de Dijon, n'aurait pas lieu.

Le corps de Mme Sébire, mère de famille de 52 ans qui souffrait d'une tumeur incurable et avait sollicité le droit de recourir à l'euthanasie active, a été découvert mercredi en fin d'après-midi à son domicile de Plombières-les-Dijon (Côte d'Or).

La nouvelle secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, a réaffirmé jeudi à France Info être "à titre personnel" favorable à la création d'une "commission nationale d'euthanasie à qui reviendrait le soin d'examiner les cas exceptionnels graves".

Jean-Luc Romero, le président de l'association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) a fait part de sa "tristesse" et a salué une "femme d'exception" après le décès de Chantal Sébire, retrouvée morte mercredi à son domicile. "Même si c'était le souhait de mourir de Chantal, j'ai beaucoup de tristesse car c'(était) une femme d'exception, avec un caractère exceptionnel, une grande force, une volonté et une voix pour un combat formidable: celui de la fin de vie dans la dignité", a déclaré Jean-Luc Romero, joint au téléphone.

"Nous n'en connaissons pas les causes, nous allons effectuer des prélèvements et nous ferons des analyses, nous en saurons plus demain" (jeudi), a déclaré M. Allachi lors d'un point presse mercredi soir à Plombières-lès-Dijon. "Cette mort nous touche beaucoup", a-t-il ajouté.Le magistrat a précisé que le décès, qui a d'abord été annoncé de source policière à Paris, avait été "constaté à 19h30". Interrogé sur les hémorragies dont souffraient Mme Sébire lors de ses violentes crises, le procureur a indiqué "qu'à ce stade il n'exist (ait) pas d'éléments patents de signe d'hémorragie".

Cette mère de trois enfants, ex-professeur des écoles, souffrait depuis près de huit ans d'une tumeur incurable qui lui déformait le visage. Elle avait réclamé le droit de "mourir dans la dignité" et venait de confier son dossier à l'ADMD (Association pour le droit de mourir dans la dignité).

La justice avait rejeté lundi dernier la demande d'euthanasie de la malade.

Dans son ordonnance, le premier vice-président du Tribunal de grande instance de Dijon, René Jaillet, avait souligné que, "même si la dégradation physique de Mme Sébire, mérite la compassion, le juge en l'état de la législation française ne peut que rejeter sa demande". Cette décision avait ébranlé Mme Sébire qui n'avait pu se rendre au tribunal pour entendre le délibéré, tant les souffrances physiques s'intensifiaient depuis quelques jours.

Elle avait affirmé à l'AFP qu'elle était "au bout du rouleau" et indiqué qu'elle restait désormais "alitée" tout en se disant déterminée à "améliorer la loi Leonetti" afin de permettre l'euthanasie active dans les cas exceptionnels, car elle se disait opposée au suicide et au placement en coma artificiel.

Plus tôt dans la journée, le président Nicolas Sarkozy avait reçu son médecin traitant, le Dr Emmanuel Debost, en présence notamment du professeur Arnold Munnich, son conseiller pour les affaires médicales, et du professeur Daniel Brasnu, spécialiste de la maladie dont souffrait Mme Sébire. Nicolas Sarkozy avait demandé qu'un "nouvel avis" soit donné "par un collège de professionnels de la santé du plus haut niveau".

"J'ai combattu cette tumeur pendant sept ans, je ne veux pas qu'elle ait le dernier mot. Je veux pouvoir faire la fête une dernière fois avec mes enfants et à l'aube je veux m'endormir", avait récemment confié Chantal Sébire. Elle n'en aura pas eu le temps. Elle est partie seule, à quelques dizaines de mètres du canal de Bourgogne sur lequel donnaient les fenêtres de son salon.


Coucou Invité ! Passe un bon moment sur Persé

Si demain dans ta rue si demain dans ta ville on te montre du doigt parce-que t'as les cheveux comme ça ou parce que tu t'habilles comme ça dis leur, dis leur que ce sont des pervers. N.S.
Il y'a des petites fées au creux de ma main qui prennent le thé dans un jardin


Dernière édition par Akaïa le Mer 26 Mar 2008 - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/just_akaia
AZAZEL
Panda Géant
Panda Géant
avatar

Masculin
Age : 28
Localisation : BDF 91
Loisirs : La Musique, L'informatique, Le Sport ...
Inscrit(e) le : 14/06/2006
Messages : 1315

MessageSujet: Re: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   Jeu 20 Mar 2008 - 14:55

Pauvre dame ! Et dire que ce n'est pas la seule à souffrir de ces choses-là.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/666azazel999
Tatosan
Machouilleur de Bambou
Machouilleur de Bambou
avatar

Masculin
Age : 37
Localisation : Nante$
Loisirs : Plutôt occupation : Lire, dessiner, cuisiner, sport, manger et boire :P..
Inscrit(e) le : 23/12/2006
Messages : 773

MessageSujet: Re: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   Ven 21 Mar 2008 - 21:25

Quand est-ce que ces enfoirés de ministres auront les couilles de pondre un loi claire autorisant l'euthanasie?
7ans de souffrance, faut pas déconner...
On devrait avoir le choix dans ces cas là...
J'espère au moins que sa mort pourra faire évoluer les choses..
Revenir en haut Aller en bas
coluche2211
Bébé Panda
Bébé Panda
avatar

Masculin
Age : 44
Localisation : rennes
Loisirs : le net,le bénévolat
Inscrit(e) le : 07/03/2008
Messages : 27

MessageSujet: Re: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   Ven 21 Mar 2008 - 22:59

En tout cas il faut espérer que ca fera bouger les choses
Revenir en haut Aller en bas
http://traumatisescraniens.boosterforum.com
Akaïa
La Diktateuse
La Diktateuse
avatar

Féminin
Age : 30
Localisation : Au Pays des Fées, des elfes et des gobelins. En Bretagne quoi !!!
Loisirs : chant, écriture, lecture, poupées asiatiques
Inscrit(e) le : 19/03/2006
Messages : 5158

MessageSujet: Re: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   Sam 22 Mar 2008 - 15:53

Tatosan a écrit:
Quand est-ce que ces enfoirés de ministres auront les couilles de pondre un loi claire autorisant l'euthanasie?

parce-que c'est pas aussi simple que ça il faut pondre un truc qui évite le plus possible le détournement et les manoeuvres criminelles

imaginez un fils à papa qui veut hériter
papa est dans un état critique mais toujours en vie
fifils veut hériter, il fait donc signer un papier à papa dans lequel il dit vouloir être euthanasié !

l'autre hypothèse se sont les malades psychopathes skyzophènes et manipulateurs. facile de faire avoir un "accident" à quelqu'un et s'arranger ensuite pour qu'il 'demande' son euthanasie (bon ok je vais loin là...)

mais ce que je veux vous montrer c'est que l'euthanasie c'est pas quelque chose qu'on peut décider comme ça du jour au lendemain. la loi de 2002 a déjà fait pas mal avancer les choses: un médecin peut arrêter les soins curatifs et ne laisser que les soins paliatifs, c'est à dire en gros soulager le malade et le laisser partir. Après je sais pas si n'importe quel médecin accepterait de "tuer" quelqu'un même s'il en fait la demande

je pense que la solution serait une démarche judiciaire (devant un tribunal) qui examinerait le dossier médical, et demanderait l'avis d'une commission d'experts médicaux (un groupe de 5-6 médecins) pour prendre la décision la plus appropriée. Ce qui est certain, c'est que même si on fait une loi, il faut que celle-ci reste suffisamment vague pour que ce qui prime ce soit le cas par cas.

la simple demande de la part de la famille, c'est de la folie pure et simple !!!!


Coucou Invité ! Passe un bon moment sur Persé

Si demain dans ta rue si demain dans ta ville on te montre du doigt parce-que t'as les cheveux comme ça ou parce que tu t'habilles comme ça dis leur, dis leur que ce sont des pervers. N.S.
Il y'a des petites fées au creux de ma main qui prennent le thé dans un jardin
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/just_akaia
coluche2211
Bébé Panda
Bébé Panda
avatar

Masculin
Age : 44
Localisation : rennes
Loisirs : le net,le bénévolat
Inscrit(e) le : 07/03/2008
Messages : 27

MessageSujet: Re: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   Sam 22 Mar 2008 - 19:52

Alors il vaut mieux s'arranger avec ses proches et son médecin de famille pour qu'une fois confronter à cela l'ontressorte un papier écrit de la main du malade notifier devant notaire ou huissier ,
Revenir en haut Aller en bas
http://traumatisescraniens.boosterforum.com
Tatosan
Machouilleur de Bambou
Machouilleur de Bambou
avatar

Masculin
Age : 37
Localisation : Nante$
Loisirs : Plutôt occupation : Lire, dessiner, cuisiner, sport, manger et boire :P..
Inscrit(e) le : 23/12/2006
Messages : 773

MessageSujet: Re: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   Dim 23 Mar 2008 - 16:22

Je suis entièrement d'accord avec toi Impérateuse, mais reconnais que laisser les gens souffrir autant alors que médicalement il est possible de les faire partir dans la dignité, c'est à la limite de la torture.
Je suis d'accord aussi sur le fait que le seul témoignage des proches ne suffirait pas à en décider, pas non plus celui d'un seul médecin (je ne met pas en doute l'honnèteté du corps médical en général mais il existe des individus plus attirés par le compte de leur "partient" que par leur santé).
Une décision de justice serait certainement le truc le plus "intelligent", avec un avis de médecins issus de différentes spécialité, différent hopitaux, différentes villes.
Et il serait impensable qu'un seul médecin "donne la mort" au patient, il faudrait plutôt un système avec 3 injections, dont une seule serait mortelle sans que le médecin sache s'il a la dose létale ou non.. (ça ressemble à la peine de mort mais bon...)
Revenir en haut Aller en bas
Akaïa
La Diktateuse
La Diktateuse
avatar

Féminin
Age : 30
Localisation : Au Pays des Fées, des elfes et des gobelins. En Bretagne quoi !!!
Loisirs : chant, écriture, lecture, poupées asiatiques
Inscrit(e) le : 19/03/2006
Messages : 5158

MessageSujet: Re: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   Jeu 10 Avr 2008 - 14:26

afp a écrit:
PONTOISE (AFP) - Le parquet de Pontoise a annoncé jeudi qu'il ne ferait pas appel de la décision d'acquittement de Lydie Debaine, qui avait tué en 2005 sa fille unique, handicapée motrice cérébrale de 26 ans dont l'état de santé se dégradait, rendue mercredi par la cour d'assises du Val-d'Oise.

L'avocat général Charles Modat avait requis une "peine de principe" de trois ans de prison avec sursis. "Nous respectons la décision de la cour d'assises. Il n'y aura pas d'appel du parquet", a expliqué à l'AFP le procureur de Pontoise, Marie-Thérèse de Givry.

Mercredi, Mme Debaine, 62 ans au moment des faits, a été acquittée, une décision très rare dans ce genre d'affaires.

Cette mère avait reconnu avoir donné plusieurs cachets d'anxiolytiques à sa fille avant de la plonger dans une baignoire pour la noyer, le 14 mai 2005 à Groslay (Val-d'Oise).

Née prématurée avec une grave infirmité motrice cérébrale, Anne-Marie était invalide à 90% et avait l'âge mental d'un enfant de 5 ans. Elle souffrait depuis plusieurs années de crises d'épilepsie, de violents maux de tête et de vomissements.

"C'est une reconnaissance des souffrances et de ce qui a provoqué mon geste. J'espérais cet acquittement mais je ne m'y attendais pas", a déclaré à la presse Lydie Debaine, qui comparaissait libre, après l'énoncé du verdict. "Je pense à ma fille. Cet acquittement va me libérer même si ça n'efface pas tout", a-t-elle encore dit, ajoutant: "je ne regrette pas mon geste mais ma fille me manque".

"La pire des sanctions, Lydie Debaine la vit déjà avec la perte de celle à qui elle a consacré son amour et sa vie", avait estimé l'avocat général au cours de ses réquisitions.

"Elle est coupable du crime qui lui est reproché", avait-il néanmoins poursuivi. "Elle a tué sa fille avec préméditation. Elle était consciente de ce qu'elle faisait. Elle revendique un acte juste (...) Je ne le qualifierais pas d'acte juste", avait-il précisé.

Ces vingt dernières années, la justice française avait, le plus souvent, prononcé des peines de prison avec sursis à l'encontre des parents meurtriers ou assassins de leurs enfants handicapés.

En 1994, la cour d'assises du Finistère avait acquitté un père qui avait tué son fils handicapé mental à coups de poignard.

Voilà qui relance d'une part le débat sur l'euthanasie mais aussi, et ça on en parle moins, celui sur l'acharnement thérapeutique. Si à la naissance, les médecins, connaissant les risques de séquelles au cerveau, n'avaient pas pratiqué un véritable acharnement thérapeutique sur cette nana, on en serait pas arrivé là !!! Sauver les gens à tout prix, ne les sauve pas toujours
Et laisser souffrir quelqu'un dans le seul but de le maintenir en vie coute que coute, c'est plus cruel que de le laisser mourir.


Coucou Invité ! Passe un bon moment sur Persé

Si demain dans ta rue si demain dans ta ville on te montre du doigt parce-que t'as les cheveux comme ça ou parce que tu t'habilles comme ça dis leur, dis leur que ce sont des pervers. N.S.
Il y'a des petites fées au creux de ma main qui prennent le thé dans un jardin
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/just_akaia
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chantal Sebire - débat sur l'euthanasie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persévérance :: CAFE PHILO :: Société-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit